Rééducation périnéale, une étape à ne pas négliger !

Votez pour cet article

Rééducation périnéale – À la suite de votre visite postnatale, votre gynécologue vous aura sans doute prescrit des séances de rééducation périnéale. Même si la mesure de la tonicité de votre périnée s’avère excellente et que votre praticien vous a indiqué, qu’en conséquence, lesdites séances n’étaient pas vraiment nécessaires, les bénéfices de la rééducation périnéale sont tels qu’il vaut mieux l’effectuer tout de même.

La rééducation périnéale par le Yoga

La rééducation périnéale, une étape à ne pas négliger !

Il semble parfois compliqué de prendre ce temps : entre les nuits hachées, un bébé qui bouleverse l’emploi du temps et l’envie de retrouver sa vie, certaines femmes négligent cette étape pourtant Ô combien importante. Tout d’abord, c’est un temps pour soi, réellement. Reprendre le temps de s’occuper de soi, de son corps est aussi important que la rééducation en elle-même.

Pour d’autres femmes, c’est un rejet simple car elles n’ont aucune envie d’être à nouveau «tripotées» par un praticien. Il faut reconnaître que, durant la grossesse, la pudeur est quelque peu mise à mal et qu’après l’accouchement, il peut paraître compréhensible d’avoir des réticences.

Et pourtant, la rééducation périnéale n’est pas obligatoirement synonyme de sonde vaginale. Il existe de nombreuses méthodes différentes et elles dépendent notamment du praticien choisi. Vous pouvez la faire soit avec un kinésithérapeute, soit avec une sage-femme.

Avant de faire votre choix, renseignez-vous auprès d’eux sur les méthodes pratiquées. Elles vont de la rééducation avec sonde vaginale à la rééducation manuelle en passant par le yoga (pour ne citer qu’elles). Certains thérapeutes vous proposeront également une rééducation plus globale avec une remusculation douce (et souvent bienvenue !) de tout le corps.

Fuitres urinaires et pets vaginaux

Quel que soit votre choix, cette étape ne doit pas être négligée et est remboursée par votre assurance maladie. Si toutefois vous aviez fait l’impasse, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour récupérer la tonicité de votre périnée et que vous pouvez entreprendre une rééducation même plusieurs années après avoir accouché (la prise en charge de votre assurance maladie ne sera cependant plus la même).

De nombreuses femmes souffrent de fuites urinaires (à l’effort, à la toux, au rire), de pertes de sensations durant les rapports sexuels ou, ce qui est moins connu, de béance vaginale (l’air et l’eau entrent dans le vagin faute d’une tonicité normale et ressortent sous forme de « pets vaginaux » pour l’air et après un bain ou une séance en piscine, par exemple, pour l’eau) parfois des années après leur accouchement et ignorent que ces soucis qui peuvent gâcher la vie, peuvent être résolus.

N’hésitez donc pas à en parler à votre médecin.

Articles similaires

2 Commentaires

  1. Géraldine
    17 mars 2014 à 18 h 18 min Répondre

    La rééducation périnéale est IN-DIS-PEN-SABLE. Mais aujourd’hui, elle est bien rentrée dans les mœurs. En tout cas si pour mon premier il y a une douzaine d’années, il a fallu que je fasse la démarche par moi-même, pour mes deux autres enfants, cela m’a été proposé spontanément.

  2. Rééducation périnéale : les hommes aussi.
    10 février 2015 à 18 h 57 min Répondre

    […] de son fonctionnement et de vivre une sexualité plus épanouie. Pourquoi ne pas profiter de la rééducation périnéale de la mère de vos enfants pour commencer, vous aussi, vos petits […]

Donnez votre avis à propos de cet article

Code de sécurité Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lire plus :
Le petit surdoué de 6 mois à 6 ans par Monique de Kermadec
Le petit surdoué de 6 mois à 6 ans par Monique de Kermadec

Comment faire pour éviter l’échec scolaire si fréquent chez les...

Fermer