Vaccin contre la gastro des bébés : une remise en question ?

Vaccin contre la gastro des bébés : une remise en question ?
Votez pour cet article

Vaccin contre la gastro– L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé française (ANSM) vient d’adresser un courrier aux professionnels de la santé concernant les bébés venant d’être vaccinés contre la gastro-entérite (vaccins contre les infections à rotavirus : Rotarix et RotaTeq).

Vaccin contre la gastro : La vaccination contre la gastro-enterite remise en question

Le vaccin contre la gastro des bébés remis en question ?

Ce courrier intervient après que de graves complications aient été constatées puis analysées sur 201 bébés ayant été vaccinés dans le mois précédent les complications. Parmi ces effets indésirables graves, des invaginations intestinales (une partie de l’intestin entrant dans une autre partie de l’intestin) ont été fatales à deux nourrissons.

Les médecins sont invités par l’ANSM à sensibiliser les parents de bébés vaccinés contre la gastro-entérite à surveiller de près l’apparition des premiers symptômes, l’invagination intestinale aiguë devant être prise en charge le plus rapidement possible pour éviter une issue fatale.

Parmi ces symptômes : de terribles douleurs abdominales, une fièvre élevée, arrêt des selles, présence de sang, de mucus ou de glaires sanguinolents dans les couches, vomissements, extrême pâleur, épuisement et prostration, autant de signes qui doivent amener les parents à consulter de toute urgence, l’intervention chirurgicale devant se faire dans les heures suivant l’apparition des symptômes.

1 cas sur 10 000

Bien que l’ANSM rappelle que les cas recensés restent rares (1/10 000), la gravité de ces effets indésirables amène le Haut Conseil de la Santé Publique à vouloir réexaminer ses recommandations relatives à la vaccination des nourrissons contre la gastro-entérite.

En 2013, le HCSP estimait la vaccination contre les infections à rotavirus comme nécessaire, les gastro-entérites conduisant à entre 7 et 17 décès par an d’enfants de moins de 3 ans, et à plus de 14 000 hospitalisations annuelles.

On peut cependant s’étonner de lire que le HCSP recommandait déjà aux professionnels de santé d’informer les parents sur les risques d’invagination intestinale aiguë dans la publication de cette époque, et que, pour beaucoup, le risque ne soit connu (et médiatisé) que depuis le 31 mars 2015…

On attend donc de pied ferme les conclusions du réexamen des recommandations relatives à la vaccination des nourrissons contre la gastro-entérite.

 

Cet article vous a t-il intéressé ?
441 votes 4 Stars Note : 4/5

Créez votre espace photo bébé 100% privé !

En savoir plus, cliquez ici

Articles similaires

2 Commentaires

  1. Nathalie
    8 avril 2015 à 14 h 00 min Répondre

    Je tenais à signaler que c’est aux praticiens d’informer les parents. Pour ma part, la pédiatre de mon fils nous a très bien informé sur les risques et les symptômes (et c’était il y a 1 an…). Elle nous a clairement parlé de l’invagination et de la conduite à tenir. Avec mon compagnon nous avons attrapé tous les deux une gastro (très contagieuse car nous avons contaminé aussi ma mère…) et notre fils n’a rien eu, je crois sincèrement que c’était grâce au vaccin. En 14 mois il n’a jamais eu de gastro (jamais de vomissements non plus, je croise les doigts). Les études parues récemment prouvent que les enfants âgés de 6 ans aujourd’hui et s’étant fait vaccinés étant bébés sont beaucoup moins sujets à la gastro que leurs camarades.

  2. Audrey privatebebe
    15 avril 2015 à 21 h 54 min Répondre

    Merci pour ce témoignage Nathalie. C’est justement ce que l’article explique, l’ANSM a adressé ce courrier aux médecins et non pas aux parents, en leur demandant d’informer correctement les parents sur les risques encourus. Il semble donc que, majoritairement, les médecins n’informaient pas assez bien les parents. L’efficacité du vaccin n’est pas remise en cause, ce sont les recommandations qui le sont, le bénéfice/risque étant à réétudier au vu de ces très graves complications.

Donnez votre avis à propos de cet article

Code de sécurité Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lire plus :
Résoudre ses traumatismes pour être de meilleurs parents

Lorsque l’on devient parents, les souvenirs d’enfance resurgissent immanquablement. Si...

Fermer