Faut-il laisser pleurer bébé ou non ?

Votez pour cet article

S’il y a bien un domaine dans lequel les vieilles méthodes ont la peau dure, c’est celui des pleurs de bébé et plus particulièrement la nuit. Les arguments avancés par les partisans du «laisser pleurer» sont simples : les parents vont devenir esclaves d’un enfant qui deviendra capricieux ; bébé fait du chantage affectif, cédez et vous êtes foutus ; si on ne laisse pas pleurer un bébé, il ne fera jamais ses nuits !

Ce qui pourrait paraître étonnant, c’est que de Dodson (dès 1970 avec «Tout se joue avant 6 ans») à Claude Didierjean Jouveau aujourd’hui, une immense majorité de spécialistes de la petite enfance le martèle : laisser pleurer bébé est néfaste pour son développement psychologique.

Faut-il laisser pleurer bébé ou non ?

Plusieurs études scientifiques récentes le confirment sans laisser la moindre place au doute : En juillet 2012, une étude Néo-Zélandaise publiée dans la revue Early Human Development a scientifiquement démontré que lorsqu’on laisse un bébé pleurer, certes, il finit par se taire mais son taux de cortisol (hormone de stress) plafonne à des taux effarants. En somme, bébé renonce juste à exprimer son angoisse, comprenant que personne n’y répondra, mais sa détresse demeure et même, augmente.

Les chercheurs de l’école de médecine de Harvard ont établi un lien de causalité entre le «laisser pleurer», les capacités d’apprentissage et les réactions émotionnelles des bébés. Leur conclusion est sans appel : «les parents doivent savoir qu’en laissant pleurer leur enfant sans lui accorder d’attention, ils peuvent provoquer chez lui des dommages à long terme. Le système nerveux de l’enfant deviendra anormalement sensible aux traumatismes à venir».

Des études en neurosciences ont permis de mieux comprendre le cerveau des bébés et des enfants, et de démontrer sa malléabilité et comment les molécules de stress peuvent l’endommager (voir l’interview de Catherine Gueguen, auteur de « Pour une enfance heureuse » sur le Point).

En somme, grâce aux connaissances de plus en plus précises du cerveau des bébés et de son fonctionnement, il est de plus en plus clairement démontré que le «laisser pleurer» est une hérésie. Un bébé ne pleure jamais sans raison, il s’agit de son unique mode d’expression, son langage propre. Y répondre lui permet d’acquérir la sérénité nécessaire à son développement, la confiance dans le monde qui l’entoure et les adultes chargés de s’occuper de lui. Et même s’il peut être difficile de répondre à ses pleurs la nuit (la fatigue peut être importante), il faut garder en tête que cela ne dure que quelques mois et qu’ensuite, parfaitement rassuré, bébé sera zen et prêt à conquérir le monde !

Edition du 15 Août 2014

Un article sur le journal LePoint (Faut-il laisser pleurer bébé la nuit) avec 2 vidéos de Catherine Gueguen

 

 

Articles similaires

Vos commentaires

  1. sophie
    5 mars 2014 à 10 h 01 min - Répondre

    Totalement d’accord avec l’article. Nous ne laissons pas pleurer notre fils. Quand il pleure il y a toujours une raison. Parfois un câlin suffit à le réconforter. Il fait ses nuits depuis ses deux mois et ne nous réveille pas. On a du faire 2 nuits blanches depuis, une pour sa première dent et une pour sa rhinopharyngite. Ils ont le temps d’avoir des angoisses quand ils seront adultes.

Donnez votre avis à propos de cet article

Code de sécurité Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lire plus :
Trouver une babysitter avec Kidssitter.com
Kidssitter pour trouver une babysitter

S’il y a bien une aide extérieure à laquelle à...

Fermer