La doula accompagne les parents avant et après l’accouchement

Votez pour cet article

La doula accompagne la maman avant et après l'accouchement

Depuis des temps immémoriaux, l’accouchement est une affaire de femmes. Non parce qu’il s’agit d’une femme qui accouche, mais parce qu’il a toujours été d’usage que des femmes s’occupent de la parturiente, l’aident, la soutiennent avant, pendant et après l’accouchement. Dans de nombreux pays, cette tradition demeure.

Dans certains villages africains, toutes les femmes du village se relaient durant la grossesse, l’accouchement, mais aussi durant les 6 semaines suivant l’accouchement, pour aider la jeune mère à s’occuper de son bébé et se remettre de son accouchement.

Très en vogue aux Etats-Unis, les doulas (du grec antique « servante de la femme ») proposent un accompagnement basé sur l’émotionnel. Elles accompagnent la future mère mais également le conjoint, avant, pendant et après l’accouchement.

La doula propose des entretiens pré-nataux afin de permettre aux parents de poser toutes les questions qui les taraudent, mais surtout pour les soutenir psychologiquement lorsque la grossesse est difficile (angoisse, pathologies etc.). Elle peut également accompagner la future mère lors des consultations de suivi de grossesse et les examens.

Lorsque l’accouchement est imminent, la doula prend un « service de piquet », comprenez qu’elle se rend disponible 24h/24 pour rejoindre la future mère et être auprès d’elle pendant l’accouchement.

Elle aide alors la parturiente pendant l’accouchement à la fois grâce à ses connaissances et grâce au lien qu’elles ont tissé lors des entretiens. La doula aide également le père à trouver sa place durant l’accouchement, elle « l’aide à mieux aider » et, pour les mamans solos ou celles qui ne souhaitent pas être accompagnée par des proches durant l’accouchement, elle est parfois la seule accompagnatrice.

Une étude américaine démontre les bienfaits de cet accompagnement supplémentaire autour de la future mère (baisse des césariennes, de la durée du travail, du recours à la péridurale et aux forceps) mais, en Suisse comme en France, le recours aux doulas reste marginal même si elles sont généralement bien accueillies par les équipes médicales.

En France, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires appelle tout de même à la prudence, estimant que les doulas pourraient être récupérées par des sectes et, par voie de conséquence, tenter d’y enrôler de futures mères.

Les doulas viennent de cette tradition d’accompagnement non-médical, d’aide compétente et bienveillante.

Elles viennent en soutien supplémentaire mais ne remplacent ni la sage-femme, ni les médecins et ce, que vous ayez choisi d’accoucher à domicile ou à l’hôpital. Leur formation et leurs compétences ne leur permettent ni de suivre votre grossesse, ni de vous accoucher, ni d’assurer le suivi post-partum. La doula se veut un soutien moral, émotionnel et amical, une aide pratique précieuse pour l’accouchement.

Pour des informations complémentaires et pour trouver une doula :
Suisse : www.doula.ch
France : www.doulas.info

Articles similaires

Donnez votre avis à propos de cet article

Code de sécurité Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lire plus :
Faire un album photo de la première année de bébé

Faire un album photo de la première année de bébé...

Fermer