Alimentation et conseils nutritionnels pour mon bébé

Alimentation et conseils nutritionnels pour mon bébé
4 (80%) 3 votes

Education nutritionnelle – On a rarement vu un enfant choisir le plat de légumes verts ou la salade de fruits frais et délaisser le gâteau au chocolat ou le paquet de chips. En raison de la réaction de bien-être qu’ils suscitent, les enfants sont de façon naturelle et quasi-universelle attirés par le sucré et le gras. Or, toutes les études prouvent que pour une bonne santé et une longue espérance de vie, il est important d’avoir une alimentation pauvre en sucres et en mauvaises graisses et riche en fruits et légumes. Si l’alimentation reste un besoin primaire, la façon de se nourrir est fortement façonnée par nos habitudes alimentaires et notre éducation au goût. Alors quand et comment éduquer les palais de nos enfants ?

 

Créez votre journal de grossesse 100% privé à partager avec vos proches

 

L’éducation nutritionnelle des tout-petits

Pas encore né, l’enfant expérimente déjà des sensations orales. En effet, dès la 13ème semaine, le fœtus se familiarise avec le régime alimentaire de la mère par le liquide amniotique. A la naissance, le bébé a déjà ses préférences : un penchant pour le sucré et un dégoût pour l’amer. Il continue à se familiariser avec les saveurs de l’alimentation par le lait maternel. A 5-6 mois, votre enfant est capable d’apprécier le goût des légumes, en purée, surtout s’ils sont introduits un par un. En petites quantités, il peut ensuite digérer la viande. Entre 7 et 9 mois, son alimentation peut être enrichie de matières grasses végétales et il commence progressivement à manger des petits morceaux de légumes cuits ou crus.

Néanmoins, jusqu’à l’âge de 12 mois, le lait, qu’il soit maternel ou maternisé, reste l’essentiel et la majorité de son alimentation.

A 18 mois, son système digestif est prêt à digérer les légumes secs. A partir de 2 ans, la personnalité de l’enfant se développe et il veut affirmer ses goûts, c’est la période du « non ». C’est le début de la néophobie : la peur de découvrir de nouveaux aliments. L’enfant se dirige plus facilement vers des aliments riches sur le plan énergétique, et sollicite le « pate-fromage-saucisson » au détriment du « légumes-poisson ».

Education nutritionnelle : A 18 mois, son système digestif est prêt à digérer les légumes secs.

Dès l’âge de 7-8 ans, la néophobie baisse petit à petit et l’enfant part à nouveau à la découverte de nouveaux aliments. De nouvelles préférences gustatives peuvent également survenir à l’adolescence. Les évolutions gustatives se poursuivent ensuite tout au long de la vie.

Le gras et le sucré : l’ennemi des enfants

La nature humaine est cependant très bien faite, car si l’enfant a un penchant naturel pour le gras et le sucré, il a aussi une capacité d’autorégulation naturelle.  Cette aptitude lui permet de mesurer ses besoins, ses envies et ses sensations de satiété. Ainsi conscient de son état, l’enfant ne mangera que très rarement au-dessus de ses besoins.

Pour que la capacité d’autorégulation de l’enfant soit efficace et qu’il sache contrôler ses pulsions et ne pas répondre à ses émotions par la nourriture, l’enfant doit avoir été habitué à manger des aliments divers et variés dès son plus jeune âge. Cela requiert donc des règles alimentaires que les adultes, notamment les parents et grands-parents inculquent à l’enfant.

Initier votre tout-petit à une alimentation saine et équilibrée

Des activités de cuisine aux ateliers de jardinage pour enfants, de nombreuses idées éducatives autour de l’alimentation sont possibles.

  • A partir de 5 mois, on peut introduire les légumes. Il est préférable d’introduire les légumes avant les fruits. Commencez par les légumes verts et retardez les légumes aux goûts forts, comme les choux ou les oignons.
  • Pour être sûr de donner à votre enfant une alimentation aussi variée que possible, suivez le rythme des saisons afin d’introduire et des fruits et des légumes différents tout au long de l’année.
  • Mangez en famille le plus souvent possible. Le repas doit être synonyme de plaisir et de convivialité. A partir de l’âge de 1 an, laissez votre enfant prendre confiance en lui et gagner en autonomie en l’habituant à avoir ses propres gobelet et couverts en plastiques.
  • Une bonne alimentation inclut beaucoup d’eau. Ne pas oubliez de leur servir de l’eau aux repas. Cela peut également les aider à mastiquer et avaler. Pensez également à des gobelets colorés ou des pailles amusantes.
  • Soignez la présentation des repas. Utilisez des récipients rigolos, de couleurs vives ou aux motifs de leur personnage de dessin animé préféré. Faites également en sorte de ne pas mélanger les aliments dans l’assiette.
  • Ne vous arrêtez pas au premier refus et armez-vous de patience. Il faudra parfois lui proposer le même aliment plusieurs fois avant qu’il ne l’apprécie. N’oubliez pas que les goûts peuvent aussi évoluer.
  • Ne le forcez pas à finir son assiette : s’il est sûr d’avoir assez mangé, il est inutile de le gaver. Proposez-lui simplement la suite du repas, y compris le dessert. Il s’agit d’habituer l’enfant à la composition d’un repas sain constitué de légumes, de féculents, de protéines et d’un dessert.
  • Evitez le marchandage autour de la nourriture de type « les haricots verts contre le gâteau au chocolat ». Bannissez également les « je te donne un bonbon si tu ranges ta chambre ». La nourriture ne doit pas être vue comme une récompense ou associée à un comportement.
  • Même si on peut demander à l’enfant ses idées et ses envies, les parents restent les seuls à décider des menus des repas.
  • Les enfants aiment garder le contrôle sur leur assiette. Pour cela, essayez les épices et les fines herbes sur les viandes, poissons et légumes. Entre le persil, la coriandre, le basilic, l’origan, le romarin ou encore le thym, vous n’avez que l’embarras du choix. Riches en vitamines, fer, calcium, potassium et huiles essentielles, les herbes aromatiques ont de nombreuses vertus thérapeutiques.
  • Prolongez l’éducation culinaire de vos enfants en organisant des temps de cuisine avec eux. L’enfant mangera plus facilement les aliments qu’il a lui-même préparés et qu’il a vu se transformés au cours de la cuisson par exemple.
  • Pour aller encore plus loin dans la découverte de l’alimentation, vous pouvez également penser à une activité jardinage pour enfants. En plus de le familiariser à de nouveaux fruits et légumes, cette activité l’initie au cycle de vie et le rythme des saisons.

Ne perdez pas de vue que l’appétence de votre enfant pour le gras et le sucré n’est pas à bannir mais à éduquer. Cela passe essentiellement par la notion de plaisir régulé pour les aliments denses et par l’apprentissage des aliments de bonne qualité nutritionnelle. Ces deux marqueurs viendront nourrir une capacité d’autorégulation, la seule garante d’une conduite alimentaire saine et durable.


Cet article vous est proposé par www.privatebebe.com

En savoir plus, cliquez ici
Les recherches suivantes ont permis de retrouver cet article :

  • éducation nutritionnelle du bébé 6 mois
  • a quelle âge commencer l’éducation nutritionnelle de son bébé
  • diversification alimentaire du bébé
  • donner une compote salée à son bébé
  • enfant et conseils sur l’éducation nutritionnelle
  • alimentation pour son enfant en maternelle
  • éducation nutritionnelle et conseils alimentation nourrisson
  • alimentation petite enfance et éducation nutritionnelle de 0 à 3 ans

► Vidéo : La diversification alimentaire et les bonnes portions chez les 4 à 36 mois

Alimentation et conseils nutritionnels pour mon bébé Christophe

Cet article vous a t-il aidé ?

Summary: L'éducation nutritionnelle doit commencer dès les premiers mois, tout en ne perdant pas de vue que l’appétence de son enfant pour le gras et le sucré n’est pas à bannir mais à éduquer.

4.6

est la note donnée par les internautes qui ont lu cet article

Note de l'utilisateur: 3.8 (1 votes)

Articles similaires

4 Commentaires

  1. Céline / Cooking for my baby
    21 octobre 2016 à 11 h 08 min Répondre

    Très bon article merci !

  2. Nice en famille
    26 février 2017 à 12 h 23 min Répondre

    Merci Céline pour les nombreux conseils j’avoue que j’ai souvent utiliser le marchandage, genre mange et on ira au jardin, on ira manger un Macdo haha. Enfin il faut de la stratégie avec les enfants. Un petit dernier conseil Pour faire manger des légumes à vos enfants… Emmenez-les faire le marché Rien de tel que de proposer à vos enfants une ballade au marché pour leur donner le goût des légumes. Farandole de couleurs et parfums frais : faites leur profiter de leur richesse. Pour cela, n’hésitez pas à leur faire toucher, sentir (et pourquoi pas, goûter !) les produits sur les étals. Pour prendre goût aux légumes, il est aussi important qu’il sache d’où ils viennent ou comment ils poussent. Bref, intéressez-les !

  3. Beatrice
    18 avril 2017 à 12 h 12 min Répondre

    Coucou,
    Mon fils a récemment fêté ses un an et je suis persuadée que cet article me sera très utile par la suite. D’ailleurs, je me demande souvent ce que je pourrais lui donner à manger pour changer. Merci. 🙂
    Au revoir

  4. Alice
    4 mai 2017 à 16 h 47 min Répondre

    Effectivement article au top comme d’hab 😉 L’éducation au gout est une priorité et la diversité une nécessité (c’est beau 🙂 )

    Alice 😉

Donnez votre avis à propos de cet article

Code de sécurité Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Lire plus :
DIY : Tartelettes fines aux pommes miel et amandes

Légère et très facile à réussir, cette recette de tartelettes...

Fermer